16 avril 2007

Marvels ou l'avènement des surhumains

Lorsque Kurt Busiek et Alex Ross s'associent pour nous conter l'apparition de "merveilles" dans un monde en pleine mutation, cela donne Marvels, une magnifique histoire parue, voici maintenant quelques années, en Graphic Novel.

Le point de départ est original. Si nous connaissons tous plus ou moins l'histoire des héros Marvel, il est rare que les scénaristes nous proposent d'explorer la réaction des personnes "normales" (j'entends par là sans pouvoir) à l'apparition de ces êtres aussi fantastiques qu'inquiétants. C'est donc ici à travers le regard humain, tantôt terrifié tantôt fasciné, du journaliste Phil Sheldon que nous revivons des évènements devenus aujourd'hui des classiques, de la venue de Galactus à la mort de Gwen Stacy en passant par le mariage de Reed Richards et Susan Storm.
Mais, bien avant cela, tout commence avec la première Torche Humaine (rien à voir avec les FF), véritable phénomène de foire dont la création fait étrangement écho à Frankenstein et sa créature (c'est tout à fait assumé, Mary Shelley étant même citée). On retrouve également à cette époque un Jonah Jameson jeune et déjà ambitieux mais aussi d'inquiétants bruits de bottes venus de la vieille Europe...

L'ensemble est délicieusement rétro, cette gigantesque analepse étant en plus servie par un graphisme magnifique au réalisme désuet et subtilement nostalgique (je compare un peu ça aux anciens dessins Coca-Cola ou Chevignon, pour vous donner une idée en gros du style). Le tout est peint par Ross lui-même.

Cette vision de l'épopée des surhumains à travers les yeux d'un journaliste fait penser au récent Civil War : Frontline, tout comme d'ailleurs certains thèmes tels que la crainte que peuvent inspirer les métahumains ou encore le sentiment d'impuissance à regarder ainsi s'affronter des forces qui dépassent largement le commun des mortels. Plus qu'un simple retour dans le passé, Marvels s'interroge sur la cohabitation, souvent houleuse, entre des êtres surpuissants et l'homme, enivré de doutes, de craintes et du fol espoir de trouver sa place au milieu des merveilles de son époque.
Cette fresque, en alliant intelligence du propos et esthétique soignée, permettra à la fois aux vieux fans de se replonger dans les grandes dates marvelliennes et aux nouveaux lecteurs de jeter un oeil sur le passé, si riche, de nos héros.

"Je croyais que les Marvels disparaîtraient. Mais ce jour là, j'ai compris. Ils n'étaient pas là temporairement comme les Jeux Olympiques ou la guerre. Mais pour de bon. [...] Sur le toit de l'immeuble, quand le raz-de-marée arrivait, j'ai aussi réalisé qu'ils n'allaient pas s'adapter à nous... mais l'inverse. Aujourd'hui, les règles ont changé. A jamais. Et nul ne sait ce que l'avenir nous réserve. Mais, tu sais quoi ? Le découvrir va être une putain d'aventure !"
Phil Sheldon

ps : fin du troisième sondage et résultats dans la rubrique adéquate, ajout également ce matin d'un nouveau petit gag dans le bêtisier