27 octobre 2008

Buffy contre les Vampires : saison inédite publiée en comics

La célèbre blonde tueuse de vampires débarque chez nous pour une saison 8 inédite et exclusivement éditée en comics. Et si l'on ajoute que c'est Brian K. Vaughan en personne qui s'occupe du scénario du tome 2, il devient urgent de voir cela d'un peu plus près.

Dans le monde de Buffy, il n'y a pas que les démons qui sèment le trouble et accessoirement la mort. Certaines tueuses, parfois, suivent la mauvaise voie, comme cette jeune anglaise au sang bleu (et aux méthodes expéditives) qui souhaite régner sur les élues. Pour contrer ses plans, Giles va faire appel à Faith, chargée, malgré son style très rentre-dedans, d'infiltrer la haute société britannique.
Pour Faith, les tentations de rejoindre le camp adverse peuvent se révéler grandes, d'autant qu'elle semble avoir plus d'un point commun avec cette tueuse de tueuses qui a pour but de mettre un terme au destin de Buffy.

Je vous le dis tout net ; je ne suis pas un grand fan de la série TV éponyme. D'abord parce que je n'ai jamais accroché au style mi-gnangnan mi-burlesque, ensuite parce que les binz dans lesquels trempent Whedon sont rarement à mon goût. Ce tome 2, intitulé Pas d'avenir pour toi, a néanmoins éveillé ma curiosité, essentiellement à cause du Brian K. Vaughan présent sur la couverture.
Le scénariste est le brillant auteur d'oeuvres telles que Runaways, Y the last man ou encore The Hood. Plutôt du bon donc même s'il se plante parfois, comme sur le désastreux Dr Strange, chroniqué au mois de mai après avoir frôlé le coma par ennui profond. On avance donc à pas prudents. Première étape, l'aspect extérieur. Joli livre ma foi, avec une couverture en dur et une cover aguichante de Jo Chen. Deuxième étape, on ouvre et on jette un coup d'oeil. Tiens, petite déception, malgré le fait que ce volume soit le deuxième de cette fameuse saison 8, il n'y a même pas un petit résumé pour nous expliquer les grandes lignes des épisodes précédents. Fusion Comics doit probablement penser que tout le monde possède le premier. Tant pis, on saute le pas et on passe à la troisième étape ; la lecture.

Faith tient le rôle principal de quatre des cinq épisodes regroupés ici. On ne va pas s'en plaindre étant donné qu'elle est tout de même plus intéressante, comme personnage, qu'une Buffy à la personnalité oscillant entre fade gentillesse et agaçante niaiserie. Malgré ce choix éclairé, le récit ne pousse pourtant pas très loin dans les zones d'ombre de Faith. Son infiltration est rapide, sa mission tout autant et l'on ne frissonne pour elle à aucun moment. Les dessins de Georges Jeanty sont eux-mêmes assez lisses et, s'ils permettent d'identifier plutôt aisément des personnages ressemblant aux acteurs de la série, ne parviennent guère à instaurer plus qu'une ambiance quelconque. On n'en dira pas autant des covers (de Chen, pas les variants de Jeanty), beaucoup plus belles et au charme indéniable.
Joss Whedon himself est de retour sur le dernier épisode dans lequel il est question d'intrigues plus anciennes, que je ne connais pas et dont il me serait difficile de juger de la qualité.

Au final, voilà un livre alléchant (scénariste plutôt doué, matériel inédit, covers magnifiques) dont le contenu se révèle assez insignifiant, sauf peut-être pour les inconditionnels de la blonda... de la jeune Buffy, d'autant que le prix - moins de 14 euros - reste raisonnable.
Pas le travail le plus inspiré de Vaughan en tout cas.