10 mars 2010

Odd Thomas de Dean Koontz version manga

Un nouveau Koontz adapté en BD avec Odd Thomas, un récit à mi-chemin entre polar et fantastique.

Pico Mundo, Californie. 40 000 habitants dont Odd Thomas, un jeune cuisinier qui a deux particularités : il fait les meilleurs pancakes de la ville et il peut voir les morts.
Des morts parfois célèbres, comme Elvis Presley qui... habite maintenant chez lui, et des anonymes, comme ce petit garçon qui a récemment été assassiné. Avec l'aide de sa petite amie, l'énergique Stormy, Odd va tenter de retrouver le tueur. D'autant que ce dernier menace maintenant d'autres gamins et une baby-sitter dont il semble connaître parfaitement les habitudes.
Les esprits réclament justice. Et Odd est toujours prêt à rendre service, même lorsqu'il faut pour cela affronter un psychopathe.

Nous avions déjà eu l'occasion d'évoquer Dean Koontz lors de la sortie de Frankenstein (article que je vous invite à lire si vous ne connaissez pas l'auteur), cette fois une autre de ses oeuvres est adaptée, non en comics mais en manga. Façon manga disons, puisque la BD n'a pas grand-chose de japonais à part le style graphique. Précisons que l'ouvrage est publié dans le sens de lecture occidental, ce qui est logique pour un livre traduit en français mais qui devient malheureusement de plus en plus rare, on a même vu des BD européennes être éditées dans le sens de lecture nippon par simple effet de mode (si on obligeait les gens à regarder la télévision la tête en bas, je suis certain qu'il y en aurait quelques-uns pour trouver ça cool).

Koontz scénarise lui-même ce Odd Thomas, les dessins sont réalisés par Queenie Chan qui participe également à l'écriture.
Première constatation : l'histoire est bien plus réussie et intéressante que celle du Frankenstein précité. Le ton général laisse supposer qu'un public plutôt jeune est visé, mais même les adultes passent un bon moment. Polar pas trop effrayant, fantastique light, répliques parfois amusantes et personnages attachants composent les ingrédients principaux.
Petite précision au niveau de l'intrigue, si Odd peut voir les morts, il faut savoir que ceux-ci ne parlent pas. Ils se contentent d'être là, de faire des signes ou de laisser transparaître des émotions. Du coup, c'est moins pratique pour le personnage principal mais cela permet aux auteurs de bâtir une enquête qui dure plus de trois pages. ;o)

Le seul reproche que l'on peut faire au niveau du scénario est l'extrême complaisance de la police envers les jeunes détectives amateurs. On leur file des infos, on les laisse un peu tout faire, c'est assez étonnant (même si le chef de la police locale est au courant des dons de Odd).
Bref, tout cela est un peu naïf (voire gentillet) mais bien écrit et plutôt agréable à lire.
Ce premier volume, publié par Music & Entertainment Books, est vendu au prix de 12,50 €. Un peu cher pour du petit format en noir et blanc. Malgré tout, cette édition est complétée par quelques bonus intéressants : une postface de Koontz, le premier chapitre de l'un des quatre romans centrés sur Odd (six en tout sont prévus), un petit topo sur les auteurs et, enfin, un carnet d'esquisses (commentées par la dessinatrice). Des petits plus appréciables.

Signalons tout de même la cover, d'une rare laideur. Heureusement qu'il y a un gros "Dean Koontz" pour attirer l'oeil, m'enfin, encore faut-il connaître l'auteur pour que cela fonctionne, ce qui n'est peut-être pas le cas du jeune public.

Une manière très soft d'aborder Koontz.