24 octobre 2012

La Maison de la Nuit

Nous partons à la découverte d'une école de vampires avec La Maison de la Nuit, paru aujourd'hui chez Delcourt.

Zoey Redbird est une jeune fille de seize ans qui cherche à s'intégrer dans sa nouvelle école, un établissement pour... vampires. En effet, après avoir été marqués, les novices doivent subir une longue transformation et en apprendre plus sur leur futur état. Pour cela, pendant quatre ans, ils suivent des cours à la Maison de la Nuit, sous la protection de vampires adultes.
Zoey, grâce à la déesse Nyx, possède une affinité spéciale avec les cinq éléments que sont la terre, l'eau, l'air, le feu et l'esprit. Il lui faut cependant apprendre à les maîtriser et c'est dans l'Histoire, et le destin de vampires célèbres, comme Cléopâtre ou Boadicée, qu'elle va chercher à trouver des réponses aux nombreuses interrogations qui se posent à elle.

Voici un comic, initialement publié chez Dark Horse, qui est inspiré de la série de romans éponyme, écrits par P.C. Cast et Kristin Cast (la première étant la maman de la seconde). Normalement, vous devriez déjà avoir compris le topo : deux nanas aux commandes, un personnage féminin, des vampires... on est en pleine bit-lit, genre qui ne nous a pas laissé que de bons souvenirs, comme en témoignent les adaptations de Mercy Thompson ou True Blood.
Pour transposer le monde de House of Night en comics, ce sont Kent Dalian, au scénario, et Joëlle Jones, au dessin, qui se sont attelés à la tâche.
Niveau dessin, c'est très correct. Pas grand-chose à dire à ce niveau, si ce n'est une tendance à simplifier grandement les décors, voire à les remplacer simplement par un aplat de couleur.
Voyons plutôt le récit en lui-même.

Première précision, et premier petit défaut, l'histoire, plus ou moins inédite (elle reprend des éléments "seulement entraperçus" dans les romans, dixit la quatrième de couverture), se déroule pendant le deuxième roman de la série. Mieux vaut donc peut-être avoir lu le premier pour apprécier pleinement, bien que les évènements passés soient relativement bien "résumés" dans certaines scènes de la BD.
Au niveau narratif, les cinq chapitres présents ici sont tous structurés de la même manière et correspondent à l'un des cinq éléments cités plus haut. A chaque fois Zoey s'inspire de faits anciens, auxquels l'on assiste, puis elle en tire une forme de morale. A la longue, c'est tout de même un peu répétitif.
Quant à l'univers décrit, il n'arrive pas à se départir d'une certaine nunucherie. Zoey est pleine de bons sentiments aussi niais qu'irritants, et les vampires sont si bien élevés qu'ils demandent avant de boire un peu du sang d'un humain ! Ceci dit, cette dernière particularité est justifiée par le choix des auteurs qui ont fait des vampires une communauté persécutée (ou en tout cas très mal vue) par les humains. Bon, là aussi, ça reste très manichéen tout de même.

Au final, le sentiment est mitigé. Ce n'est pas franchement inintéressant, mais les flashbacks historiques alourdissent le récit et le privent d'un meilleur développement de la partie "école" et des relations entre les élèves. Si le but était de donner envie de lire les romans, il ne semble pas atteint, et s'il s'agit de s'adresser avant tout aux lecteurs de la série, ce comic risque de les décevoir puisqu'il rappelle ce qu'ils savent déjà, sans pour autant apporter beaucoup de nouveautés.
Pas folichon.

+ heu... le texte ne dépasse pas des cases
- répétitif
- gnangnan
- lié à des évènements antérieurs qui ne sont que résumés
- partie "école" mal exploitée